Vive le compostage !

Parzootropmod1

Vive le compostage !

 compostage

Bientôt, un grand nombre de communes mettront en place des systèmes de pesée des ordures ménagères.
Certes c’est un argument pour se mettre au compostage, mais ce n’est pas le seul.
Si vous jardinez ou si vous connaissez des jardiniers amateurs, cet apport en humus de qualité est un atout pour récolter de beaux légumes.

Et je passe sur la satisfaction de contribuer à diminuer son empreinte écologique !

Le compostage, c’est quoi ?

Le compostage est un processus biologique de conversion des matières organiques en un produit stabilisé, hygiénique, semblable à un terreau : le compost.

compost

C’est un processus naturel, qui met en oeuvre un ensemble de micro et macro-organismes et petits animalcules.
Ces micro-organismes se nourrissent du sucre, des protéines, de la cellulose et autres qui constituent nos déchets organiques.

Le compostage est un élément important dans le recyclage de nos déchets.

Que faut-il pour faire son composte ?

Si vous habitez en maison avec un petit jardin ou de la surface herbée, vous pouvez composter en tas, en silo ou en fût.
Un endroit pas trop exposé aux intempéries pour faciliter la gestion de l’humidité sera à privilégier pour le tas et le silo.

compost tas  Composte en tas

compost_silo  Composte en silo

compost en fut  Composte en fût

Si vous êtes en appartement, le lombricompostage ou vermicompostage est pour vous !

lombricomposteur  Lombricomposteur

À la différence du compostage en extérieur, le lombricompostage, comme son nom l’indique, nécessite l’apport de vers (lombrics) qui vont se charger de décomposer vos déchets organiques.
Garanti sans odeur et de faible encombrement.

Je mets quoi dans mon composteur ?

Les matières carbonées : branches (fines ou broyées), feuilles mortes, paille, papier et carton sans encre ni colle, coquilles d’œuf et de noix/noisettes, essuie-tout, tissus naturels, sciure, cendres, copeaux…
Les matières azotées : épluchures de fruits et légumes, résidus de tonte, tailles de haie, feuilles vertes, restes de repas (ni sauce… ni viande !)

D’une manière générale, concassez les coquilles, broyez les branches épaisses, déchirez le papier et le carton…
Bref facilitez le travail des micro/macro-organismes et petites bêtes.

Ne pas introduire de plantes toxiques ou malades.

Quand le compost est prêt, cela se voit. Vous avez entre les mains un terreau brun/noir, à l’odeur de sous-bois, friable et sans restes identifiables.
Vous pouvez dès lors l’utiliser au jardin, en nourrir vos plantes d’intérieur ou l’offrir autour de vous.

À propos de l’auteur

zootropmod1 administrator